Le Calvaire

  • PDF
  • Imprimer
  • Envoyer

Le Calvaire de Forgès     image

 

Croix et calvaires sont des édifices qui témoignent de la présence des chrétiens sur les territoires.

Les croix sont érigées dès l’apparition des paroisses.

La croix devient sous l’Empereur Constantin l’un des symboles des chrétiens.

Elles sont le plus généralement situées sur les monuments religieux, aux intersections des chemins, à l’entrée des villages et dans les cimetières. Elles servaient souvent de jalons sur les itinéraires. Elles rappellent ainsi la vie quotidienne de la France d’autrefois.

Au XIXe siècle les édifications de croix se multiplient avec les nombreuses missions chrétiennes.

Sur la paroisse de Forgès il y a ainsi plusieurs croix dans les villages, aux croisements des chemins et dans le bourg.

Citons en quelques-unes :

La croix pattée en granite près de l’église ( 1825 ),
elle était vraisemblablement dans l’ancien cimetière.

image

La croix de la mission dans le bourg.
image

 

La croix du pont du Bastier ( 1874 ).
image

Les croix des chemins de Plos ( 1893 ), de Béchefage et Grand Champ.

Qu’elles soient en pierre, en fer ou en bois les croix ont généralement un socle surmonté d’un fût et d’un croisillon qui représente les bras de la croix.

Elles étaient aussi un passage obligé pour :

Les processions des Rogations : croix du chemin de Béchefage, croix du pont du Bastier … …

La procession de Saint Jean-Baptiste : croix du village de Vialette, croix de Grand Champ…

La Fête-Dieu dans le bourg…

image


Le Calvaire de Forgès a été érigé en l’an 1893 par l’abbé P. Durand généreusement secondé par les paroissiens de la commune de Forgès.

Il est situé sur la colline d’Espargillière face à l’église de Saint Bonnet Elvert.

Par ce calvaire les habitants de Forgès souhaitaient que l’on se souvienne d’évènements douloureux qui s’étaient déroulés un siècle plus tôt.

Peu de temps après la Révolution, le 15 avril 1792, les citoyens de Saint Bonnet Elvert sont descendus rendre une visite peu amicale à leurs voisins de Forgès.

Durant cette sortie ils avaient décidé de piller et d’incendier la maison des Parjadis située dans le bourg.

Ce pillage est étroitement lié aux luttes politiques engendrées en Corrèze par la Révolution. C’est une des conséquences du vote de l’abolition des privilèges et des derniers droits féodaux dans la nuit du 4 août 1789 car un grand nombre de paysans refusèrent alors d’acquitter leurs redevances.

Leur plan a été fortement contrarié par l’arrivée rapide des habitants d’Albussac venus défendre les forgésiens.

C’est donc en souvenir de ce triste épisode que les paroissiens de Forgès ont érigé le Calvaire d’Espargillière.

Le chemin de croix a été établi le 29 mars 1893.

Nous pouvons ainsi lire dans le livre de l’abbé Jean-Baptiste Poulbrière :

« D’après les souvenirs de la Révolution, les gens de Saint-Bonnet descendirent à Forgès le 8 mai 1792, pour y piller la maison Parjadis ; mais ce pillage ne put avoir lieu qu’en partie, les paroissiens d’Albussac étant accourus à la défense.

Désireuse, cette année même ( 1893 ), de sanctifier un triste centenaire, la paroisse de Forgès vient d’ériger un calvaire sur une de ses collines, celle d’Espargilière, près des confins de Saint-Bonnet. Le chemin de croix en a été établi canoniquement et doté des indulgences ordinaires, le 29 mars, jour du vendredi-saint. Vingt-quatre croix, dont quatorze représentant les stations de la Voie douloureuse et sept les Douleurs de la très sainte Vierge, conduisent aux trois croix du calvaire proprement dit, où se font remarquer quatre statues en bronze, de grandeur naturelle, sorties des ateliers de M.Pierson, de Vaucouleurs ; le crucifix d’abord, puis les saintes images de la Vierge, de saint Jean et de sainte Madeleine. Sous ce groupe pieux, on a eu la bonne idée de ménager une chapelle dédiée au patron secondaire de la paroisse, saint Barthélemy. Elle a été inaugurée par la bénédiction et le saint sacrifice de la messe, le 3 mai, fête de l’Invention de la sainte Croix. Et désormais, chaque année, au retour de cette fête comme à celle de l’Exaltation, 14 septembre, des processions solennelles à la colline d’Espargilière raviveront dans Forgès le souvenir précieux de la passion de J.-C.  »

image


Il a été rénové en 1954, avec l’aide des paroissiens de Forgès et de nombreux bienfaiteurs, par le remplacement des croix en bois par quatorze croix en béton.

image

Une très grande cérémonie, en présence de l’évêque de Tulle et de plusieurs centaines de personnes, a eu lieu à cette occasion.

En l’an 1992 ce calvaire a été restauré par la municipalité de Forgès avec l’aide du Conseil Général de la Corrèze.

Le centenaire du calvaire d’Espargillière a été  célébré le dimanche 8 août 1993 en présence de l’évêque de Tulle, des représentants des collectivités territoriales, de plusieurs prêtres et d’un public très nombreux.

Photographie de cette journée

image

 


J’invite le lecteur de ce petit article à se rendre sur les lieux du calvaire de Forgès et à lire les différentes plaques commémoratives scellées sur le côté de la magnifique chapelle dédiée à Saint Barthélemy.

[ Pierre Dumoulin, le 24 octobre 2011 ]

Mise à jour le Lundi, 18 Juin 2012 13:07

 
Bannière

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Saint Du Jour

Bonne fête aux Catherine de Sienne

Enregistrez-vous

Pour être averti des mises à jour



La Météo de Forgès

... VISITEURS

Tous187949
4.jpg

Venez à Forgès

Vos coordonnées :

Adresse

Localité

Code Postal

Pays