Légendes d'autrefois

  • PDF
  • Imprimer
  • Envoyer

png LES PAS DU DIABLE !       png



jpg Tout prés du village de Masquet-bas en un lieu appelé Les Rochants, sur une roche  schisteuse et très dure, on remarque des empreintes de divers animaux.
Comment expliquer le fait ?

Un villageois du lieu, dit la légende, avait une fille très belle. Un jeune homme vint solliciter la main de cette enfant de façon pressante.

Pour se débarrasser d’instances qui le fatiguaient, le père déclara un jour au solliciteur : " Je vous donne ma fille, si demain avant que le coq chante, le ruisseau des Rochants passe devant ma porte ". On se sépare, la nuit vient.

Quelle ne fut pas la terreur du villageois, quand, réveillé au milieu des ténèbres il entend le ruisseau s’approcher de sa porte ! !. Un instant lui a tout fait comprendre. " Jal, jal, jalinat " s’écrie-t-il. " Galle, galle, gallinate, sauva mé ma filla... (sauve-moi, ma fille) ". La dessus il fait le signe de la croix, le coq chante, la fille est sauvée !

Ce n’est qu’en s’enfuyant que les ouvriers de Satan, porteurs du torrent devant la demeure du pauvre homme, laissèrent de leurs pieds brûlants . . .

. . .  les traces qu’on y voit.

 

 

jpgLA FONTAINE MIRACULEUSE ?png

jpg Si le fait est exact, dit le curé Faurie qui rapporte cette légende, il faudrait convenir que Satan trouva bien sa revanche dans les années 1756-1757. A cette époque une femme de la commune attira une immense foule en affirmant recevoir des apparitions de la très sainte Vierge.

Ce fut prés d’une fontaine au fond d’un bois voisin du hameau de Prugnoles.

Ce qu’il y a de plus curieux c’est que la chose "était prédite dans un vieux livre dont on possède encore un exemplaire en bas limousin. Je ne l’ai point lu mais des personnes dignes de foi ont lu : " entre Tulle et Argentat, a un endroit appelé Forgés, il y aura une fontaine qui fera courir beaucoup de monde " La femme était-elle trompeuse ? Comme elle était honnête beaucoup de gens ne l’ont cru que trompée !

Un fait troublant, fait encore parler les gens du pays au sujet de cette fontaine soit disant "miraculeuse ", un prêtre de Forgés ( l’abbé Auliac ), à l’époque, ayant entendu parler de la chose aurait dit en public ces paroles : " si cette fontaine est miraculeuse je veux bien perdre mes deux yeux " .  .  .

. . .  Quelques temps après le prêtre devint aveugle !

Source : Dictionnaire des Paroisses du Diocèse de TULLE

Mise à jour le Vendredi, 10 Décembre 2010 15:16

 
Bannière

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Saint Du Jour

Bonne fête aux Catherine de Sienne

Enregistrez-vous

Pour être averti des mises à jour



La Météo de Forgès

... VISITEURS

Tous187964
14.jpg

Venez à Forgès

Vos coordonnées :

Adresse

Localité

Code Postal

Pays