La Commune de Forgès

  • PDF
  • Imprimer
  • Envoyer

LA COMMUNE DE FORGÈS

Avant les communes, dont la création fut une des conséquences de la révolution de 1789, il y avait les paroisses.

La christianisation du Limousin débuta à Limoges vers l’an 250: Saint Martial faisant partie d’une équipe de missionnaires envoyée par le pape en Gaule. Le christianisme rayonnera très lentement par les voies romaines vers les différentes bourgades de la région. En effet la Corrèze était sous l’influence romaine et on vénérait les rochers, l’eau, les arbres et le feu.

Ainsi la paroisse de Forgès existe depuis fort longtemps. Son église, dédiée à Saint Martial, est d’ailleurs citée dans deux actes datant des années 333 et 347    ( Histoire de Tulle par Etienne Baluze ) et Adémar des Echelles vicomte de Turenne en fait don à l’abbaye de Tulle par testament daté de l’an 946.

Des traces plus anciennes sont confirmées par la découverte en 1928 d’un tumulus près du village de Freyssinge ( tessons de poterie et fusaïoles ).

La paroisse de Forgès fit partie du diocèse de Tulle lors de la création de celui-ci par le pape Jean XXII le 18 août 1317 par le détachement de 51 paroisses du diocèse de Limoges : celles qui dépendaient du monastère de Tulle et celles de la Xaintrie.

Le Bas Limousin devint le département de la Corrèze le 21 janvier 1790. Le département fut alors divisé en quatre districts ( Tulle, Brive, Ussel, Uzerche ), chaque district en cantons et chaque canton en communes en lieu et place des paroisses. La liste des cantons et des communes fut arrêtée le 15 février 1790.

La commune de Forgès est dans le district de Tulle et dans le canton d’Argentat même si pendant les premières années de son existence elle était dans le canton de Saint Chamant.

Dans chaque commune l’administration comprit un corps municipal, un maire pris dans cette assemblée et des notables en nombre double. Tous ces « élus »  formaient le conseil général de la commune. Le premier maire de Forgès, Pierre Joseph Parjadis de Laribeyre a été élu le 16 novembre 1794.

La délimitation exacte du territoire de la commune de Forgès fut actée le 27 octobre 1827 en présence du géomètre délimiteur du cadastre nommé par le Préfet et du maire Eymard Parjadis de Laribeyre :

« Arrivés sur le terrain nous avons choisi pour point de départ celui du périmètre de la commune de Forgès qui, se trouvant le plus au Nord, sert de séparation aux territoires des deux communes de Lagarde et de Saint Paul et nous avons parcouru la ligne de circonscription en allant du nord à l’est puis du sud à l’ouest ayant toujours à notre gauche successivement Saint Paul, Saint Sylvain, Saint Bonnet Elvert, Saint Chamant, Albussac et Lagarde. »

image La commune fut partagée en trois sections : Masquet Haut, Bourg, Grand Champ.
Forgès est situé dans les vallées très fertiles de la Sagne et de la Souvigne.
La Souvigne vient du latin Suménia qui veut dire : la rivière qui déborde.
Ces belles et riches vallées sont entourées de coteaux boisés.
Sa superficie est environ 1043 hectares pour une altitude comprise entre 207 mètres et 455 mètres. Le Puy Chaloule culmine à 445mètres.
C’était une commune essentiellement agricole.Le revenu de la commune était de 18194 francs en 1853.
Sur un document de 1859 nous pouvons lire :
-    des récoltes de froment ( 42 ha ), de méteil ( 8 ha ), de seigle ( 80 ha ), de maïs ( 1 ha ), de sarrasin ( 1 ha ), d’avoine ( 10 ha ) et de pommes de terre ( 6 ha )
-    du chanvre ( 1 ha ) et du lin ( 0,5 ha )
-    des châtaigneraies ( 456 ha )
-    des prés à faucher ( 80 ha ) et à pâturer ( 63 ha )
-    des vignes ( 66 ha ) pour une récolte moyenne mais une bonne qualité   
De nombreux cultivateurs forgésiens étaient vignerons et parfois aussi maçons.La partie ancienne du bourg se situe autour de l’église et dans le Barry Haut.

image image

Il y a de nombreux villages et hameaux tous aussi jolis et pittoresques les uns que les autres : Chastres au pied du Puy Chaloule, Espargilière et son calvaire, Grand Champ gros village dès le 10e siècle ( cité dans le testament d’Adémar ) sur le chemin d’une magnifique balade vers les cascades de Murel, Masquet Haut et Bas bien exposés au soleil, Vialette avec son four de village, Plos connu très tôt sous le nom de Esplos, Brugier près de la fontaine de Prugnolles…….
La partie moderne du bourg se trouve le long de la route d’Argentat à Tulle dont la rénovation remonte vers l’an 1829.

image image

En effet l’ancienne route de Rodez à Tulle ( RN 120 ) passait par Lagarde et elle fut d’ailleurs déclassée dans la partie côte de Forgès, à la demande des communes de Lagarde et de Forgès,   par arrêté du Préfet de la Corrèze en date du 23 mars 1850.

Il n’y aura pas réduction de sa largeur car dans cet arrêté l’Ingénieur en chef considère « que l’ancienne côte de Forgès est encore suivie par les piétons et les cavaliers et même par les voitures à cause de l’allongement que présente la nouvelle route ; que dans tous les cas la vieille route est nécessaire aux besoins des communications d’un certain nombre de communes »


image

Entre les zones d’activités et de chalandises des secteurs d’Argentat (10 km) et de Tulle (20 km) Forgès occupe une place stratégique sur l’axe routier reliant le Cantal à la Corrèze.

image

Cet article a été rédigé par M.Pierre Dumoulin, nous sommes heureux de l’insérer sur le site de la commune et dans notre bulletin municipal en espérant que beaucoup d’entre vous auront du plaisir à en prendre connaissance.

Mise à jour le Mardi, 13 Août 2013 13:57

 
Bannière

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Saint Du Jour

Bonne fête aux Catherine de Sienne

Enregistrez-vous

Pour être averti des mises à jour



La Météo de Forgès

... VISITEURS

Tous187949
2.jpg

Venez à Forgès

Vos coordonnées :

Adresse

Localité

Code Postal

Pays